Qu’est-ce qu’un bilan psychomoteur?

Pour déterminer si un jeune enfant a besoin d’une thérapie en psychomotricité, on peut proposer aux parents de faire le bilan psychomoteur de leur enfant. Celui-ci se déroule sur 2 à 5 séances. Il vise à évaluer la façon dont la sensorialité, la motricité, la sensibilité et la cognition (façon d’acquérir des connaissances) s’étayent mutuellement chez l’enfant.

Au terme du bilan, les différents acteurs discutent ensemble si une thérapie en psychomotricité ou une autre mesure de soutien sont indiquées afin d’aider l’enfant dans son développement. C’est aux parents que revient la décision finale.Au terme du bilan, les différents acteurs discutent ensemble si une thérapie en psychomotricité ou une autre mesure de soutien sont indiquées afin d’aider l’enfant dans son développement. C’est aux parents que revient la décision finale.

Qu’observe le thérapeute durant le bilan?

L’acquisition des postures et des habiletés manuelles, la qualité du mouvement

L’enfant se tient-il assis? Rampe-t-il? Marche-t-il? Comment organise-t-il ses mouvements? Tient-il en équilibre? Sait-il doser sa force? Arrive-t-il à manipuler avec précision de petits objets?

Léa, 11 mois, a commencé à tenir sa tête très tard, car elle n’avait pas assez de tension musculaire pour la soutenir. De ce fait, elle n’arrivait pas, plus petite, à changer de position, ce qui l’empêchait d’observer ce qui se passait autour d’elle. En raison de ce retard, Léa a maintenant de la peine à se stabiliser lorsqu’elle est en position assise.

La thérapeute en psychomotricité qui travaille avec Léa à la crèche, lui propose des mouvements et l’accompagne dans ses gestes. Grâce à ce soutien qui la rassure, Léa découvre ses appuis corporels, c’est-à-dire les endroits de son corps sur lesquels elle peut s’appuyer pour garder une position stable. Ainsi, elle peut continuer à développer sa motricité et rattraper son petit retard moteur.

 


La connaissance et la conscience que l’enfant a de son corps

L’enfant connaît-il son corps et celui de l’autre? Peut-il nommer et montrer des parties du corps? Comment s’adapte-il aux objets qui l’entourent?

Quand elle joue à cache-cache, Claire, 4 ans, rampe sous une petite table de jeu et pense qu'elle est ainsi cachée. Elle ne réalise pas que ses jambes et ses pieds demeurent visibles. En effet, elle n’est pas encore consciente des dimensions de son corps et ne perçoit donc pas que celui-ci constitue un tout. Il lui est ainsi impossible de s’adapter à son environnement spatial et de trouver les bonnes distances avec le monde qui l'entoure.

Durant les séances de psychomotricité, Claire apprend à sentir son corps. Son thérapeute lui propose par exemple de se coucher sur un matelas. Il dépose délicatement de petits coussins de graines sur différentes parties du corps de l’enfant. En sentant le poids des objets sur elle, Claire peut mieux percevoir son corps et les parties qui le composent. Le thérapeute l’invite alors à nommer les parties sur lesquelles se trouve un sachet et celles qui n’en ont pas, afin de l’aider à prendre conscience de son corps. Par ce biais, Claire arrive petit à petit à sentir et à se représenter les différentes parties de son corps, ainsi qu’à concevoir que celles-ci forment un tout, l’unité corporelle.

 


La perception sensorielle

Comment l’enfant réagit-il lors de stimulations auditives, sonores, visuelles ou tactiles? Montre-t-il des signes de confort ou d’inconfort: sursaute-t-il? tourne-t-il son corps vers la source de la stimulation? son visage change-t-il d’expression? pleure-t-il ou émet-il des bruits?

Pierre, 18 mois, réagit très fort aux stimulations sensorielles. Il adore la musique, semble complètement capturé par le son et peut rester à l’écoute pendant très longtemps. Par contre, il n’aime pas le contact corporel: dès qu’on le touche, il sursaute, retire son bras et se replie sur lui-même.

Dans la salle de psychomotricité, le thérapeute propose à Pierre toutes sorte d’expériences sensorielles, comme le mettre en contact avec différentes matières ou lui faire écouter des sons variés. Ce faisant, il veille à ce que ces stimulations ne soient pas trop intenses pour l’enfant. Ainsi, Pierre peut faire l’expérience de nouvelles sensations dans un cadre protégé lui permettant d’intégrer celles-ci plus facilement.

 


L’orientation dans l’espace et dans le temps

L’enfant sait-il se diriger vers l’endroit d’où provient un son? Peut-il s’orienter dans l’espace et retrouver un chemin? A-t-il acquis les notions spatiales et temporelles de base (devant, derrière, dessus, dessous, avant, après)?

Les jeux d’emboîtement sont difficiles pour Cyril, 3 ans, car il n’a pas conscience de la différence de taille entre les objets. Par conséquent, il ne sait pas quel objet peut aller dans un autre. Par ailleurs, il semble un peu perdu quand on lui demande, par exemple, de ranger un objet sous la table. Ce genre d’indications est en effet très difficile à comprendre pour lui, étant donné qu’il a de la peine à se représenter l’espace. Il a donc plus de difficultés à s'orienter dans l'espace, à trouver où sont rangés des objets ou à emprunter une nouvelle fois des chemins déjà parcourus.

En psychomotricité, Cyril apprend à connaître et à percevoir les différentes parties et côtés de son corps, ce qui lui permet de mieux structurer et comprendre l’espace qui l’entoure. Son thérapeute et lui construisent souvent des cabanes ou des tunnels, dans lesquels ils entrent et sortent. Tout en jouant, Cyril prend ainsi conscience des notions spatiales et temporelles. Il devient peu à peu en mesure de déposer des objets à l'endroit précis où on le lui demande.


La communication non-verbale et verbale, la relation à l’autre et la gestion des émotions

Comment l’enfant se fait-il comprendre s’il veut quelque chose? Par quel biais entre-t-il en relation avec les autres: au travers d’un objet, par le contact corporel, par le regard ou par la parole? Semble-t-il à l’aise dans le contact? Montre-t-il de l’agressivité face aux autres?

Bruno, 3 ans, ne parle pas. Il sait prendre la main de l’adulte pour lui montrer ce qu’il veut ou pointer du doigt pour se faire comprendre. Il aime bien jouer avec les autres et s’adresse à eux au travers d’objets qu’il leur propose, comme un ballon ou une peluche. Mais ses intentions sont souvent mal comprises. De plus, Bruno apprécie peu les contacts corporels et essaie rapidement de rétablir une distance avec l’autre personne, se refermant sur lui-même.

La thérapeute en psychomotricité va respecter le besoin de distance de Bruno et entrer en contact avec lui par l’imitation. En reprenant les gestes, les positions et les sons de l’enfant, puis en roulant une balle dans sa direction, elle instaure un jeu commun dans lequel Bruno apprend à écouter l’autre et à lui répondre à sa manière. Ces échanges font naître un partage émotionnel et une confiance relationnelle entre la thérapeute et l’enfant. Bruno prend alors progressivement confiance en lui et arrive à mieux affirmer ses intentions. Ainsi soutenu dans sa communication non-verbale, il va pouvoir s’exercer à utiliser les sons puis les mots pour entrer en relation avec les autres. 


Le degré d’autonomie

L’enfant est-il propre? Peut-il réaliser des gestes du quotidien tout seul (s’habiller, mettre ses chaussures, manger, etc.)? Recherche-t-il l’aide de l’adulte?

Arthur, bientôt 4 ans, est capable d’enlever ses chaussures et sa veste, mais ne parvient pas encore à les remettre tout seul. Il se trompe souvent de trou en essayant d’enfiler son pull et glisse ses deux jambes dans la même partie du pantalon. Arthur se décourage rapidement et demande de l’aide. Il se sent tellement incompétent qu’il a pris l’habitude d’éviter tout ce qui pourrait le mettre en échec. Il se montre donc très réticent face aux nouveautés et adopte une attitude de repli.

Durant les séances de psychomotricité, le thérapeute cherche à montrer à Arthur tout ce qu’il sait déjà faire. Sauter sur un trampoline, grimper tout en haut des espaliers ou faire des jeux de construction sont autant d’activités qui permettent au jeune garçon d’être valorisé dans ses compétences. Par ailleurs, Arthur aime beaucoup jouer au grand frère avec le gros ours en peluche qui se trouve dans la salle. Il lui donne à manger, le gronde ou l’emmène en promenade. Le thérapeute propose alors à Arthur d’habiller la peluche afin qu’elle ne prenne pas froid dehors. Tout en jouant, Arthur apprend les gestes qui lui posent problème dans son quotidien. Par cette approche focalisée sur les ressources de l’enfant et non sur ses manques, il prend confiance en lui et ose peu à peu accomplir des tâches toujours plus complexes.


La concentration et l’attention

L’enfant est-il attentif à ce qu’on lui dit? Arrive-t-il à se concentrer sur ce qu’il est en train de faire? Est-il sans cesse en train de bouger et de changer de position? Peut-il réaliser une activité sans l’interrompre plusieurs fois?

Sofia, 2 ans, fréquente la crèche trois fois par semaine. Elle et ses deux camarades de jeu favoris sont particulièrement dispersés. Ils ont de la peine à écouter les consignes qui leur sont données et à participer jusqu’au bout à une activité de leur âge. Cela perturbe l’ensemble du groupe d’enfants.

Pour y remédier, l’éducatrice de Sofia fait appel à la thérapeute en psychomotricité consultante en crèche. Celle-ci propose aux enfants des jeux en mouvement, en variant à chaque fois le rythme, l’intensité et le matériel utilisé. Ces variations, propres à éveiller l’intérêt, de même que la mobilisation de l’ensemble du corps permettent aux enfants de rester plus longtemps concentrés. Au fil du temps, l’éducatrice constate que les enfants font preuve de plus en plus d’attention lors des jeux en mouvement, mais aussi lors des autres activités de la journée.  

La psychomotricité est une méthode thérapeutique destinée aux enfants, aux adolescents et aux adultes ayant des difficultés sur le plan moteur, comportemental, relationnel ou émotionnel.

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL

Psychomotricité Suisse
Genfergasse 10
3011 Berne

Nicole Messner, Simone Reichenau
Tél. +41 (0)31 301 39 80 (lundi à jeudi)
info@psychomotricite-suisse.ch